Courbe de saturation de l’air
Home Comfort

Vous avez des questions ?

Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Tél. : +32 11 393270
  1. Produits et services
  2. Machines – HomeComfort
  3. LES DÉSHUMIDIFICATEURS
  4. Connaissances pratiques sur les déshumidificateurs
  5. Connaissances de base sur l’humidité

Connaissances de base sur l’humidité

En matière d’humidité, tout est d’une relativité absolue

Que ce soit au bureau, dans l’atelier ou dans la maison – un climat optimal est la condition préalable pour le bien-être et aussi pour la santé des habitants.

Par ailleurs, un climat ambiant agréable favorise également la productivité et peut contribuer à réduire les congés de maladie des personnes actives.

Pour cela, deux facteurs sont décisifs : la température ambiante et l’humidité relative.

Comme le montre le diagramme de bien-être ci-après, nous nous sentons particulièrement bien entre 20 et 22 °C, avec une humidité relative de l’air de 40 à 60 %. En dehors de ce corridor climatique, l’air ambiant est perçu comme désagréable par la plupart des gens.

Par ailleurs, une humidité excessive peut causer de nombreux ravages. Les premiers signes sont généralement des vêtements humides, une odeur de moisi, des taches sur les murs ou des pommes de terre germées dans les caves.

Saviez-vous, par exemple, que les moisissures se forment à partir d’un taux d’humidité de 70 % et la rouille dès 60 % ?

Sans régulation, l’humidité intérieure peut varier fortement, mais rarement atteindre d’elle-même des valeurs optimales, notamment en raison des saisons et des conditions climatiques extérieures.

Diagramme de bien-être
Teneur en vapeur d’eau de l’air : À 25 °C, un mètre cube d’air peut contenir jusqu’à 23 g d’eau, ce qui correspond à 100 % d’humidité. Si cet air refroidit à 10 °C au contact de surfaces froides, il ne peut plus absorber que 9,4 g. Dans ce cas, l’excédent d’humidité se condense et forme des gouttelettes d’eau sur les parois plus fraîches.
Teneur en vapeur d’eau de l’air
Les déshumidificateurs et leurs technologies – Les connaissances pratiques de Trotec

Connaissances pratiques sur les déshumidificateurs – Tous les chapitres en un coup d’œil

Chapitre 1 : Connaissances de base sur l’humidité – Tout est d’une relativité absolue

Chapitre 2 : Vue d’ensemble des procédés de déshumidification de l’air – Condensation et adsorption

Chapitre 2.1 : Déshumidificateurs à condensation avec compresseur

Chapitre 2.2 : Déshumidificateurs à condensation à effet Peltier

Chapitre 2.3 : Déshydrateurs à adsorption

Chapitre 3 : Quelle solution de déshumidification pour quelle application ?

Avant la pratique, la théorie

Assurer une sécheresse optimale chez soi nécessite certaines connaissances de base sur l’humidité de l’air. L’air ne peut pas absorber de l’eau indéfiniment. Il existe un seuil de saturation, une quantité de vapeur d’eau maximale que l’air peut contenir et qui correspond à l’humidité absolue, exprimée en grammes d’eau par mètre cube d’air.

On parle « d’humidité relative de l’air » (HR) pour désigner la proportion de vapeur d’eau réellement présente dans l’air par rapport à la quantité maximale admissible à la température donnée.

Un taux d’humidité relative de 50 % signifie par exemple que l’air ambiant contient seulement la moitié du volume d’eau maximum qu’il serait capable d’absorber à la température actuelle.

Tout est une question de température

La capacité de l’air à absorber l’eau dépend toujours de la température. Plus l’air est froid, moins il peut contenir d’eau. Le tableau suivant permet de visualiser ce phénomène avec cinq températures différentes.

Influence de la température ambiante sur la capacité de l’air à absorber l’eau

Température ambiante 25 °C 20 °C 15 °C 10 °C 5 °C
Exemple 1
Humidité relative constante
Humidité relative 80 % 80 % 80 % 80 % 80 %
Teneur en eau de l’air ambiant 18,4 g/m³ 13,8 g/m³ 10,2 g/m³ 7,5 g/m³ 5,4 g/m³
Exemple 2
Teneur en eau constante
Teneur en eau de l’air ambiant 5,4 g/m³ 5,4 g/m³ 5,4 g/m³ 5,4 g/m³ 5,4 g/m³
Humidité relative 23,5 % 31,3 % 42,1 % 57,5 % 80 %

Dans l’exemple 1, l’humidité relative reste constante à 80 %, tandis que la teneur absolue de l’air en eau correspondante varie fortement en fonction de la température.

Dans l’exemple 2, c’est la quantité absolue d’eau contenue dans l’air qui ne change pas, si bien que, lorsque la température baisse, l’humidité relative augmente.

Il faut bien admettre qu’il s’agit d’un sujet complexe, surtout quand on sait que la corrosion, la pourriture ou les moisissures sont uniquement favorisées par l’humidité relative de l’air, jamais par sa teneur absolue en eau.

Dans l’absolu, seule l’humidité relative compte

Tandis que dans l’exemple 2 une teneur en eau de 5,4 g/m³ donne à une température de 5 °C une humidité relative de 80 %, favorisant à la fois le développement de moisissures et la corrosion des métaux, la même quantité d’eau par 25 °C ne représente plus qu’une humidité relative de 23,5 %, soit un climat ambiant beaucoup trop sec qui irrite les voies respiratoires.

Moisissures et rouille n’ont aucune chance de s’y installer alors que la quantité d’eau dans l’air est toujours de 5,4 g/m³.

D’où l’intérêt de réguler l’humidité relative. Car ce qui compte n’est pas l’humidité de l’air dans l’absolu, mais uniquement l’humidité relative réelle !

Une bonne compréhension de ces notions de physique vous aidera à trouver une solution de déshumidification efficace adaptée à votre projet.

Influence de l’humidité relative sur les interactions biologiques

Bactéries
Virus
Moisissures
Acariens
Infection des voies respiratoires
Allergies, asthme
Corrosion
Graphiques d’après le diagramme de Scofield et Sterling